Mon Olympe – Théâtre des Corps Saints (Avignon Off 2017)


Non classé / lundi, juillet 31st, 2017

Mon Olympe est la première pièce que j’ai été voir à Avignon, le soir de leur générale.

A travers l’histoire de cinq jeunes femmes, Mon Olympe cherche à comprendre le sens que peut prendre le fait d’être féministe aujourd’hui et revient sur les différents débats qui animent les mouvements féministes.

 

L’histoire, celle de cinq amies enfermées toute la nuit dans un parc est un prétexte pour amener les différentes réflexions.

La question centrale aujourd’hui est de savoir ce qui se cache derrière le terme féministe, ce que chacun y met.

La première grande question est celle du terme même, quand l’un des personnages avoue ne pas oser dire qu’elle est féministe, car oui malgré le fait qu’on soit en 2017 beaucoup associe encore la féministe à une hystérique frustrée et poilue, d’où la fameuse question « Mais tu détestes les hommes ? ».

Aujourd’hui, il faut réussir à rompre avec cette image parfois tenace. Pour certains, cela passe par un changement de nom, qui permettrait par la même occasion d’inclure plus facilement les hommes qui bien que partageant les mêmes valeurs d’égalité femme/homme ont du mal à se dire féministe.

Même certaines femmes bloquent à l’évocation du terme féministe : trop militant parfois, ou par peur d’être associée à des mouvements comme les FEMEN (qui ne représentent pas toutes les féministes, soyons claire). On notera notamment les différentes interventions de Catherine Deneuve sur Roman Polanski et les féministes.

Pourtant selon moi, cela ne changera rien, car si les gens et en particulier les hommes ont du mal à se reconnaître comme féministe c’est bien en raison du sexisme de notre société qui entre autres est responsable de tant de préjugés sur le féminisme. Changer les mots ne changera pas le sexisme inhérent à notre société, il ne fera que le masquer. Jaurès disait « Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots ».

La grande difficulté du féminisme aujourd’hui est que pour beaucoup, les grands combats des droits des femmes ont été gagné : droit de vote, avortement… Pourtant il y a encore de grands pas à franchir : réelle égalité salariale, parité dans les instances représentatives… Et des mentalités à combattre : culture du viol, harcèlement de rue…

Cette pièce, c’est l’histoire de cinq jeunes femmes qui doivent apprendre à se construire en tant que femme, à vivre avec une histoire et un héritage, et à se battre pour conquérir leurs droits les plus élémentaires.

On peut toutes se reconnaître à travers ses vingtenaires qui parlent des problèmes que l’on rencontre en tant que jeune femme : elles parlent amour, sexe, études, avenir… Outre les questions les plus larges et les plus importantes qui traversent les mouvements féministes, elles évoquent les problèmes et les questions les plus ordinaires qui touchent chaque jeune femme : ai-je le droit de twerker sans pour autant devenir une salope ? coucher avec des mecs fait-il forcement de moi une putain ? Cette jupe est-elle trop courte ? Ai-je le droit d’être en colère, de ne pas sourire ?

Cette pièce c’est enfin l’histoire du féminisme d’aujourd’hui et demain, et plus largement de toutes les jeunes femmes qui en sont l’avenir. Cette pièce c’est celle de nos vies et des combats qu’ils nous restent à mener.

Et rappelez-vous que aujourd’hui, tout semble déjà tellement gagné d’avance que « l’urgence n’est pas tant de se réveiller, mais de ne surtout pas s’endormir ! ».

Pièce : Gabrielle Chalmont et Marie-Pierre Boutin, Mon Olympe
Compagnie : Les mille printemps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *