Tokyo Vice, un polar pas comme les autres


Bibliothèque, Critiques, Romans / mercredi, septembre 26th, 2018

 

TOKYO VICE

de Jake Adelstein

Points – 515 pages – 8,40 euros 

Résumé

Jake Adelstein est le premier journaliste non-japonais à intégrer la rédaction du très célèbre Yomiuri Shinbun. Un jour, il tombe sur ce qui pourrait être le scoop du siècle : le yakusa le plus célèbre du Japon se serait fait opéré secrètement aux Etats-Unis. Le problème, la mafia le sait, et sa vie risque de ne tenir qu’à un article.

Avis

J’ai commencé ce livre presque immédiatement après l’avoir acheté, sans plus qu’un rapide coup d’œil à la quatrième de couverture. Par conséquent quel ne fut pas surprise au fil de ma lecture de découvrir qu’en réalité Tokyo Vice n’était pas un polar comme les autres, mais bien la biographie de Jake Adelstein.

Le livre a un découpage temporel assez étrange. Dès le prologue, on découvre Jake, menacé par un homme de mains des yakusas pour son enquête sur ces chefs yakusas qui sont parti se faire secrètement opéré aux Etats-Unis. Pourtant, au premier chapitre, on fait un bon en arrière, juste au moment où il prend la décision de passer les examens pour entrer à la rédaction du Yomiuri. 

J’ai beaucoup de mal à mettre un nom sur le style de livre qu’est Tokyo Vice, j’aurais du mal à parler de roman car rien n’est fictif, ni d’enquête journalistique car cela va au-delà, une biographie ?  Le livre se divise en trois parties.

La première pourrait être considérée comme le récit de son arrivée et ses débuts au journal et ses premières enquêtes. Dans cette première partie, Jake Adelstein nous fait découvrir sa vie de journaliste de terrain dans les différentes rédactions du Yomiuri, ses premières enquêtes criminels, sa découverte avec le milieu des Yakusas, et les difficultés et avantages à être un journaliste blanc dans une rédaction japonaise. On pourrait presque considérer cette partie comme une série de nouvelles ou de brèves. 

La seconde partie tourne autour de ce qu’on peut considérer comme la toute première grosse enquête de Jake Adelstein, celle qui l’occupa durant des mois, et qui le conduira à la partie trois, l’enquête de sa vie. Celle pour qui il a tout sacrifié, mis sa vie en danger mais aussi qui donna lieu à un des articles les plus complets sur la mafia japonaise.

Tokyo Vice est un livre qui se dévore. Ce livre est une véritable plongée dans le métier de journaliste mais aussi dans le monde des yakusas. A travers le récit de Jake Adelstein, on découvre tous les recoins les plus sombres de la société japonaise et du monde criminel. Il s’agit définitivement d’un des meilleurs polars que j’ai lu. J’ai eu du mal à le poser, surement grâce à la réalité du récit. Dans ce livre, Jake Adelstein se livre tant professionnellement que personnellement sans hésiter à se remettre à question et à montrer des parties peu glorieuses de sa propre vie.

Tokyo Vice, est un polar particulier qui va au-delà de l’enquête policière classique et qui nous plonge vraiment au cœur d’un monde jusque là inconnu. A mi-chemin entre différents formats, ce livre vous tiendra en haleine et vous immergera dans une nouvelle expérience littéraire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *